Le site des amateurs de PENTAX

Accueil > Revues de matos > Boîtiers > Le PENTAX MZ-S (2)

Le PENTAX MZ-S (2)

Partie 2 : prise en mains

mercredi 4 décembre 2002, par Michel

2- Les nouveautés du MZ-S :

2a- L’autofocus :

L’autofocus du MZ-S (système Safox-VII) est rapide, nerveux et sensible en basse lumière (-1 IL) ; une évolution sensible depuis le Z1, mais il reste bruyant avec le moteur ingéré au boîtier. Un bip est émis lorsque l’AF est au point (PF-1). L’AF utilise six capteurs : les capteur du centre (horizontaux) sont sensible au lignes verticales, les capteurs externes (verticaux), aux lignes horizontales. Les capteurs sont repérées sur le verre de visée, mais le capteur actif est signalé sur l’afficheur bas du viseur (Voir les "briques" plus bas ’affichage du viseur).

Les modes de mise au point :

- Automatique : le capteur utilisé est sélectionné par l’électronique du boîtier
- Sélection manuelle du point : la zone est sélectionnée manuellement ; en cas de difficulté de mise au point, l’utilisation d’un capteur contigu peut être autorisé par la PF-8.
- Il n’y a pas de faisceau d’assistance à la mise au point en basse lumière, il est remplacé par le flash intégré qui émet une série de pré-éclairs ; moins discret mais efficace !.

2b- Le système flash :

Le MZ-S est le premier boîtier Pentax à supporter le nouveau système P-TTL multizone au flash ; mais cela nécessite l’AF360FGZ tout comme l’accès aux modes Wireless et synchro H.S. Le flash incorporé :

Utilisé seul, il permet les modes suivants : mesure TTL, déclenchement automatique en mode programme, sélection automatique de le vitesse de synchro, synchro vitesse lente (sélectionner une vitesse inférieure à la vitesse de synchro 1/180), réduction des yeux rouge, avertissement d’objectif incompatible.

Associé à un ou plusieurs flash(s) externe(s) asservi(s) : il commande sans fil (Wireless) mesure P-TTL multizone, synchro H.S, confirmation dans le viseur, synchro 2me rideau, contrôle des contraste. Nota : la fonction PF-10 sélectionne l’utilisation du flash intégré en flash ou contrôleur de flash esclave. Le boitier peut commander des flash asservis par fil, utiliser l’adaptateur de sabot Fg pour ne pas condamner le flash incorporé.

Il ne peut pas utiliser lui-même la synchro H.S ; associé à l’AF360FGZ il ne peut pas participer à l’éclair dans ce cas. L’AF360FGz : Associé à ce flash monté sur le boîtier ou asservi, le MZ-S accède en plus aux modes :

P-TTL multizone : ce nouveau mode utilise un pré-flash pour effectuer une pré-mesure multizone avant le déclenchement ; il n’est utilisable qu’à condition d’utiliser des optiques permettant la mesure multizone (Kaf2, Kaf, Ka et Ki)

Wireless commande de flash externe asservi sans fil.

Synchro H.S.(High Speed) utilisable également en Wireless à condition qu’une vitesse supérieure à la vitesse de synchro (1/180) soit sélectionnée manuellement.

Contrôle des contrastes avec le flash interne s’il est raccordé par fil, sinon utiliser le réglage de puissance.

Synchro deuxième rideau. 2c- La fonction MRC Cette fonctions permet de changer puis reprendre facilement un film entamé. Le système est très précis si vous prenez soin de toujours engager la même longueur de film lors du chargement, par exemple positionner le début de l’amorce bien en face du symbole rouge de montage ; sinon, il vaudra mieux sauter une vue pour éviter tout chevauchement.

- sélectionner au préalable la PF-12 à 3 ; elle laisse l’amorce sortie et autorise la fonction MRC.
- mémoriser la vue affichée sur le compteur (calepin, feutre adapté à prévoir pour noter sur la cartouche ...).
- rembobiner le film manuellement par appui sur la commande de rembobinage.
- utiliser un autre film souhaité.
- au rechargement : dos ouvert, avancer le compteur de vues par la molette jusqu’au numéro mémorisé ; fermer le dos, le film avance a la vue souhaitée au lieu de la vue n° 1.

2d- L’impression des données d’exposition :

Le MZ-S peut imprimer les données d’exposition (Data) hors de la zone exposée, entre les perforations du film :

- les données du film, avant la vue n° 1 : n° d’ordre du film, sensibilité, densité d’impression.
- les données de chaque vue : mode d’exposition, système de mesure *, vitesse d’obturation, correction d’exposition, bracketing.
- la densité d’impression est réglable par PF-15. * lorsque la mesure multizone est sélectionnée avec un objectif qui ne permet pas de l’utiliser c’est quand même son symbole qui est imprimé.

2e- Les afficheurs :

L’affichage des informations est un peu réduit sur le MZ-S :
- les commandes des modes d’entraînement et de mesure ne sont pas rappelées sur les afficheurs.
- les affichages ne sont pas dédoublées entre viseur et écran ACL, sauf le symbole flash, la vitesse d’exposition et le diaphragme.
- il manque surtout une l’échelle d’exposition extérieure qui serait utile en mesure manuelle, sans avoir à coller l’ ?il au viseur.
- l’écran extérieur peut être rétro-éclairé en vert par la touche d’illumination.

L’afficheur ACL externe affiche :
- Mode d’exposition P, Tv, Av ou M. 
- Vitesse et diaphragme.
- Réglages Iso, fonction PF, bip. Mode du flash.
- Témoins de piles, mode Data, compteur et témoin de film.
- Divers affichages lors de la configuration de l’appareil (réglages PF, Iso ...)

L’affichage du viseur :

Deux afficheurs distincts mais bien lisibles, même pour les porteurs de lunette :
- à droite : échelle d’exposition (affiche la mesure manuelle, la correction d’exposition et le bracketing) et témoin de correction d’exposition.
- en bas : témoin du flash, "briques" du point AF, témoin de mise au point, vitesse d’obturation, diaphragme, témoin de mémorisation.

3- Aux commandes du MZ-S

3a- Face avant :

le déclencheur est classique, avec un cran intermédiaire pour la mesure d’exposition. L’interrupteur de mise sous tension est concentrique et commande le test de profondeur de champ électromécanique (à retour) ; il est utilisable avec tous les objectifs en mode auto ou manuel. Leur manipulation est extrêmement aisée, mais assez sensible : risque d’allumage et prise de vue intempestifs ! A la mise sous tension, le MZ-S reprend les paramètres mémorisés lors de l’arrêt : mode , vitesse, n° PF... Lors de l’arrêt avec un power-zoom, la focale est réglée sur la longueur la plus courte mais pas l’AF sur l’infini. la touche de réinitialisation : En mode normal, elle ramène la mesure d’exposition sur la ligne de programme un peu comme la touche hyper-manuel du Z1. Lors d’opérations de personnalisation elle permet de réinitialiser certaines fonctions. le sélecteur du point AF Ce curseur a trois positions :
- A : sélection automatique
- L : utilisation du capteur sélectionné manuellement
- SEL : sélection du capteur (à retour) Aïe, aïe, parlons des choses qui fâchent : La sélection manuelle du capteur actif est LE loupé ergonomique du MZ-S. Il faut maintenir ce curseur soulevé tout en tournant la molette pour faire défiler cycliquement le capteur actif, et en le visualisant sur les "briques" dans le viseur. La difficulté ne vient pas du fait d’avoir deux commandes à man ?uvrer simultanément, mais surtout de la petite taille de ce curseur déjà mal accessible et surtout bien trop plat pour être facilement poussé avec un doigt, il faut appuyer en même temps ; s’il était plus en saillie, il serait plus aisé de le man ?uvrer soit avec le majeur de la main droite sous l’objectif, soit avec l’annulaire de la main droite Une fois le capteur sélectionné on dispose d’un autofocus "spot", et il est plus facile de passer de spot à auto et inversement.

L’utilisation d’un capteur contigu peut être autorisé par PF-8 en cas de mise au point difficile sur le capteur sélectionné ; dans ce cas comme en automatique, la brique correspondante au point AF utilisé clignote dans le viseur. le verrou d’objectif : L’appui sur le verrou commande le déverrouillage de l’objectif, le retrait du pion d’entraînement AF et l’allumage de la diode électroluminescente rouge de l’index de monture (PF-18) le sélecteur de mode AF : C’est le sélecteur classique chez Pentax : AF.S simple, AF.C continu (avec anticipation), MF manuel (avec focus-aide) la touche de fonction du flash : Un appui sur la touche et la rotation de la molette sélectionnent successivement les modes : actif, yeux rouges, auto, auto + yeux rouges, Wireless et Wireless + synchro H.S.. la prise télécommande : Cette prise reçoit les télécommandes à fil disponibles en accessoires C’est la même prise que le 645nII, qui partage les mêmes câbles de télécommande. Voir le schéma ici. le témoin du retardateur : Il clignote durant la période de retardement, le clignotement s’accélère 2s avant le prise de vue ; avec la poignée BG-10 il sert aussi de témoin pour la télécommande infra-rouge..

3b- Face arrière :

le curseur hold : Poussé sur la droite, il verrouille le sélecteur et la touche de réinitialisation, "hold" clignotant s’affiche. la touche AE-L : Mémorise l’exposition en cours durant 20s, annulable par un nouvel appui. la touche d’illumination :  ?claire l’afficheur ACL ; avec le flash AF360FGZ, elle peut commander un éclair de test ou la fonction lampe pilote (PF-11). la touche AF : Active la mise au point comme le déclencheur pressé à mi-course ; la fonction Pentax PF-6 peut la lier à AE-L Le dos dateur : Gadget, typiquement nippon, il imprime date/jour/heure sur le film ; il est heureusement possible d’annuler l’impression, son absence aurait pu faire baisser le prix !.

3c- Dessus le sélecteur de correction :

Ce sélecteur multifonctions, muni d’un verrou, commande les corrections d’exposition et la personnalisation du boîtier :
- le correcteur d’exposition de -3 à +3 IL
- le bracketing choix de l’écart d’exposition +/- 0,5 ou +/- 1 IL
- D : (data) mise en service de l’impression des données d’exposition (voir plus haut)
- ISO : réglage manuel de la sensibilité du film.
- PF : le réglage des Fonctions Pentax, associé à la molette (n° de fonction) et la touche AE-L (réglage) Correcteur d’exposition et bracketing sont combinables ; on peut ainsi réaliser un bracketing -2/-1/0 IL

3d- Les Fonctions Pentax ("PF") :

Comme tous les boîtiers récents, le MZ-S peut être personnalisé ; l’utilisateur dispose de Fonctions Pentax (19 PF) pour configurer :
- Signal sonore
- Exposition : programme, bracketing, sensibilité film
- Autofocus
- Flash : non prêt, sans fil, bouton d’éclairage
- Rembobinage : amorce/MRC, fin de film
- Retardateur
- Impression des données
- Déclencheur et molette
- Témoin objectif
- Télécommande

le correcteur dioptrique :

Contrairement au Z1, il ne nécessite pas d’enlever le protège oculaire pour être man ?uvré. Réglage de -2,5 à + 1,5

3e. Le sélecteur

C’est la grosse molette qui entoure l’afficheur, elle modifie le paramètre en cours lors de la mesure d’exposition ou sélectionne les paramètres lors de la configuration du boîtier. Le sélecteur est cranté un peu trop fermement pour la man ?uvre avec le pouce droit. Le sens de rotation actif est réglable (PF-17 horaire/anti-horaire) le sélecteur de mode entraînement Permet de choisir parmi les différents modes d’entraînement :
- retardateur (12 s ou 2s + miroir par PF-14)
- vue par vue classique
- continu : en rafale jusqu’à 2,5 images/seconde
- bracketing choix de séries de 2, 3 ou 5 vues (PF-3) et de l’enchaînement des expositions (PF-4). Le déclencheur doit être maintenu appuyé durant toute la séquence.
- surimpression Le compteur clignote sur le numéro de vue en cours mais n’indique pas le nombre de vues superposées. le sélecteur de mode de mesure

Ce sélecteur permet le choix du mode de mesure :
- spot : mesure sur la zone centrale repérée dans le viseur autour du point AF..
- multizone : mesure matricielle sur six zones, à condition d’utiliser des optiques le permettant (Kaf2, Kaf, Ka et Ki). Sinon, la mesure se fait en mesure pondérée sans signalisation.
- pondérée : mesure sur tout le champ avec prédominance de la zone centrale. Nota : facile à repérer ! en position "standard" les leviers des deux sélecteurs et les repères verts du sélecteur de correction sont horizontaux 3e— Coté gauche (vue opérateur) la prise synchro P : Prise coaxiale destinée à la synchronisation d’un flash de studio.

3f- Le verrou du dos : L’ouverture est classique en faisant coulisser le curseur vers le bas.

la commande de rembobinage : Encastrée, appuyer avec le pion de la boucle de la courroie. Voir la très intéressante fonction MRC.

3g- Dessous

On trouve sous la semelle : la trappe du compartiment des piles, l’écrou de pied, les caches en caoutchouc des contacts et verrous pour la poignée BG-10. Attention, ces caches se perdent facilement !

4- Prise en mains

La ligne générale forme une heureuse combinaison de courbes et arêtes. La petite taille et le faible poids surprennent un peu au début, mais rendent ce boîtier extrêmement agréable à utiliser ; d’autant que toutes les commandes (sauf UNE !) sont bien situées, faciles à comprendre et à manipuler.

Les matériaux utilisés sont agréable au toucher : peinture "givrée" du capot en magnésium, grain assorti des parties en plastique, gainage caoutchouc antidérapant sous les doigts. Tout cela concourt à une excellente prise en main. L’utilisation de la bague des diaphragmes au lieu d’une molette est un retour aux sources pour les anciens, et peut-être une nouvelle habitude à prendre pour les Pentaxistes plus récents, mais c’est simple, logique et efficace. On s’y habitue tout aussi rapidement qu’à l’utilisation de la molette et du bouton de réinitialisation de l’exposition. Le viseur est très clair avec un bon dégagement oculaire et convient aux porteurs de lunettes, le dépoli permet réellement la mise au point manuelle. L’utilisation du test de profondeur de champ, particulièrement bien étudié est un vrai régal.

A l’utilisation ce boîtier se révèle complet et performant et même s’il n’est pas le boîtier "pro" que Pentax laisse entendre, il satisfera les Pentaxistes exigeants. La qualité de l’exposition est excellente tant en mesure ambiante qu’au flash. L’autofocus bénéficie d’une très bonne sensibilité en basse lumière et d’une bonne sélection du point automatique. Il est aussi rapide, franc et réactif, mais bruyant. La cadence de prise de vues en rafale un peu juste ne gênera que les photographes sportifs, tandis que la vitesse limitée de la synchro X sera partiellement compensée par la synchro HS et autres fonctions avancées pour les possesseurs du flash AF360FGZ.

Le boîtier alimente les objectifs dotés d’un power-zoom (3 vitesses), la man ?uvre du zoom commande la mesure d’exposition. Les fonctions "gadget" ne sont plus gérées : focale présélectionnée, zoom en cours de prise de vue... La fonction "auto-rétractation" (lors de la coupure d’alimentation) n’est que partielle : la focale est bien ramenée sur celle où l’objectif est le plus court, mais pas l’AF sur l’infini. Les optiques (IF seulement ! ) se retrouvent ainsi sur leur plus courte longueur, ce qui est pratique lorsque le MZ-S doit regagner son sac.

5- Accessoires

Les principaux accessoires à offrir à votre MZ-S :

- la poignée BG-10, c’est le complément idéal qui facilite la prise de vues verticale et permet l’alimentation par piles AA et la télécommande I.R. ; voir la page BG-10
- le flash AF360FGZ ouvre l’accès à la mesure P-TTL multizone ; voir la page AF360FGZ
- les télécommandes : le MZ-S utilise les mêmes câbles de télécommande que le 645nII :cordons CS-105 ou CS-130, intervallomètre TS-110. La télécommande infra-rouge (modèle F) n’est utilisable qu’avec la poignée BG-10.
- le verre de visée standard GF-60 peut être remplacé par le verre GG-60 quadrillé (24 cases) ; il existe un verre quadrillé 9 cases fourni uniquement au Japon avec un kit édition limitée. Tous portent les repères des zones AF et mesure spot.
- les adaptateur de sabot Fg, câble F5P etc.. pour flash externe.

6- Bilan général

Principales qualités :

Qualité de fabrication, ergonomie, design, originalité

Principaux défauts :

Obturateur, motorisation, synchro 1/180e, sélecteur du point AF, prix.


Un superbe boîtier, un achat à conseiller à tout Pentaxiste Peut être à condition de ne pas le payer au prix fort ? Prix moyens : France 1350 ?, Internet (Allemagne)1000 ? Les complément du boîtier MZ-S : la poignée BG-10 et le flash AF360FGZ A regretter même que la poignée ne soit pas intégrée au boîtier, à l’image du prototype MZ-D, ou qu’à défaut il ne soit pas proposé un kit avantageux MZ-S+BG-10 !

Messages

  • je voudrais acheter un pentax. pourquoi ?
    parce que simplement ce sont les plus belle photos que j’ai vu notamment pour le rendu des couleurs.
    est ce vrai ?

  • Je viens d’acheter l’*istDS
    ... puis de me le faire rembourser !
    Il fonctionne bien, on a l’impresion d’etre avec un argentique. tous ce qu’on dit sur lui (CI) est vrai.
    Pourtant j’ai été déçu du résultat. Les images sont interpolées car il n’y a qu’une seule couleur par pixel sur le ccd sony : (50% de pixels verts, 25% de rouges et 25% de bleus)
    Du coup meme les images raw sont traitées pour obtenir les 3 couleurs de chaque pixel. C’est bien réalisé mais il y a une perte de définition. Comme du 3000x2000 fabriqué avec du 1500x1000.

    Pour compenser le manque de netteté, le réglage de netteté est actif dès qu’on dépasse -3. il peut varier de -3 à +3 mais en fait à 0 (sa valeur par défaut), il ajoute déjà de la netteté avec un algo de type "edge enhancement", surlignant les contours. Cela donne une impression de propreté, sans arriver à une netteté.
    Bon, je suis peut etre pinailleur mais je ne suis pas encore pret pour le numérique.
    Apres un week end de test où les doutes on assaillient mon esprit, j’ai ramené le istDS à la fnac, et j’ai acheté un scanner nikon coolscan V ED. imaginez : un vrai 5959x3946 en 14 bits
    .... reste à trouver un argentique maintenant ;-)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
Mots-clés : Matériel

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.