Le site des amateurs de PENTAX

Accueil > Pratique > Numérique (matériels) > Utilisation du Flash chapitre 1.01

Utilisation du Flash chapitre 1.01

mardi 30 décembre 2008, par Clover

Autre version au choix, après recorrection demandée

Généralités :

Le flash, accessoire, qui parfois dépanne bien mais parfois surprend par son usage. Il offre une lumière qui est à dompter.

Utilisation général :

Pour commencer : petits fondamentaux. Un flash se caractérise par son nombre guide ( NG ). Plus ce chiffre est grand, plus le flash est puissant. Le NG est souvent donné en référence pour la focale de 50mm à la sensibilité de 100iso et à l ??ouverture f/:1. Il en détermine la portée.

Intérêt ?

Pour la focale ( avec un téléobjectif, le faisceau est plus concentrée donc plus puissant en portée, alors qu ??avec un grand angle, le faisceau doit être plus diffusé, élargi, donc moins de puissance/portée )

Autres intérêt ?

Simplement la formule suivante

Nombre guide = Portée x ouverture du diaphragme x racine carrée ( Sensibilité /100)

Du coup, cela désigne bien certains acteurs de l ??utilisation au flash :

La portée du flash maximale ( distance entre le flash et le sujet à éclairer, donc ne pas espérer éclairer la tour Eiffel si on est à 1000m... du moins avec un flash conventionnl, ensuite, y a des technologies martiennes aussi... faut être ouvert à tout )

L ??ouverture du diaphragme ( plus c ??est ouvert, plus de lumière rentre, plus la portée augmente car moins besoin de lumière pour éclairer le sujet )

La sensibilité (plus c ??est sensible, plus la portée augmente car moins besoin de lumière pour éclairer le sujet)

Maintenant, prise en main pratique :

Penser à vérifier régulièrement les piles ou le taux de rechargement des accus ( il existe une rapide décharge lors de l ??utilisation et souvent aussi en l ??absence d ??utilisation un peu prolongée )

Par ordre croissant de complexité dans les modes de prises de vue :

1- Le boitier en Mode Programme, le flash en mode tout automatique ( mode Vert )

Ca réussi dans 70-80% des cas, la lumière est souvent un peu dure, mais bon, l ??image est sauve.

2- Le boitier en Mode Programme avec flash en synchro lente, le flash reste automatique mais va caler ses paramètres pour garder la luminosité ambiante et rajouter la puissance suffisante.

Vous avez lu "Luminosité ambiante" ?

La luminosité ambiante, c ??est la lumière que vous avez pour faire la photo si vous aviez pas de flash. En général, ambiance obscure, risque de bruit numérique ( les hautes sensibilités, ça donne un rendu un peu moutonneux... )

Un avantage cependant, cela permet de capturer les petites lumières, souvent faibles, d ??une bougie éloignée, de petits reflets scintillants.

Par exemple : ( cf photos à venir )

3- Le boitier en Mode Programme avec correction d ??exposition au flash, vous la changez soit via le boitier soit directement sur le flash.

Cela module l ??intensité du flash dans la participation de l ??éclairage. En général, je conseille une correction de -0.3 ou -0.5IL voir -1 IL car cela fait un rendu plus naturel, et limite la présence du flash.

4- En mélangeant le Mode Programme, la correction d ??exposition au flash et la synchro lente

5- Le boitier en mode Manuel !!!

En mode Manuel, c ??est plus complexe, mais cela permet de comprendre un peu mieux ce qui a été énoncé auparavant.

Il faut raisonner par contre un peu.

Pour avoir une bonne exposition de la lumière ambiante, il va vous falloir un diaph et une vitesse donnée. Ces deux paramètres vont influer sur le rendu final.

Que va t il se passer si vous changer l ??un et /ou l ??autre ?

Si vous reprenez l ??équation : Nombre guide = Portée x ouverture du diaphragme x racine carrée ( Sensibilité /100)

L ??ouverture du diaphragme varie, en fin de compte la portée, car à NG constant, plus le chiffre de l ??ouverture augmente, plus le chiffre de la portée doit diminuer.

Ce qui revint à dire que l ??ouverture du diaphragme va donc contribuer à la portée du flash.

Et maintenant, la vitesse de l ??obturateur correspond au temps d ??exposition ( 1/4 de seconde, 1/15eme de seconde etc...). Cela va influencer le rendu de la luminosité ambiante. Simplement, comme les étoiles nécessitent du temps pour arriver à être visibles ( elles sont à des années lumières de la Terre) De même les faibles lumières d ??ambiance, vont avoir besoin de temps pour arriver et stimuler le film ou le capteur numérique.

En résumé :

Boitier en Mode Manuel : L ??ouverture de diaphragme confert la portée du flash La vitesse. Le temps d ??exposition module la présence de la luminosité ambiante.

La suite au prochain chapitre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
Mots-clés : Matériel

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.